mercredi 18 juin 2014

Sensation

Arcachon


mer,nuage,reflet

sensation


Le vent fouettait ma figure, les vagues  se fracassaient  sur l'estran et provoquaient un vacarme assourdissant,
l'écume gifflait mon visage et pourtant.... Un sentiment de liberté m'envahissait;
je roulais tantôt sur le sable, tantôt sur l'eau que le sable avait emprisonné à la marée desendante....
la voile au dessus de moi, me propulsait vers le plaisir..

4 commentaires:

thierry a dit…

ce n'était pas la côte ligure, pas d'oiseau de mauvais augure, pas le cap de la hague non plus qui me tracassait, laisse transpirer de toi toute la houle profonde er remonter au près sans beauprès , mousse éternelle qui n'encombre pas le pont, pied habitué au roulis et tanguage, qui t'engage encore plus sans plus donner de gages,

thierry a dit…

quand au bastringue gage il n'est pas fait que de chandeliers et de fêtes, de soufflerie de cornes et de nenupahrs bretons

par Kus a dit…

bonjour thierry,

et bienvenu sur mon blog; je ne sais pas si comme ossiane je tiendrais mon blog aussi longtemps...nous verrons c'est un début..


merci de ton passage ; toujours aussi prolixe

thierry a dit…

Merci pour ton accueil , je reviendrai, oui c'est de longue haleine cette œuvre polyphonique mais pas hypnotique.