mercredi 23 novembre 2016

Cergy Pontoise


cergy pontoise


Un soir d'Automne


Le soleil déclinait à l'horizon...le ciel se parait d'un camaïeu de jaune orangé...les promeneurs 

regagnaient doucement leurs voitures! c'est l'heure à laquelle nous préférions arriver...quand le jour 

décline, et que les ombres s'étalent; d'un noir profond ressemblant à des géants désarticulés!

la température était douce ce jour là, une invitation à flâner, à prolonger nos promenades d'été.

Le vent lui même s'était arrêté de souffler, semblant comprendre qu'il dérangeait à la tranquillité des 

lieux! le soleil continuait doucement sa course, enveloppant les arbres, les feuilles, les colines d'un 

halo de lumière découpant les formes dans l'obscurité naissante. Il enveloppait de ses rayons 

encore chauds et doux nos visages illuminés. 


jeudi 3 novembre 2016

Quartier de la Mouzaia




L'Automne touche à sa fin; novembre s'annonce doucement cette année. L'arrière saison n'en finie pas de diffuser sa lumière, ses odeurs,ses chants d'oiseaux. j'en profite pour me promener à deux pas du parc des Buttes Chaumont! une ballade dépaysante à ce qu'il paraît. je sors du métro Bozaris, j'emprunte la rue du Général Brunet. Une artère large ou règne le bruit et les klaksonnes;

paroisse saint françois d'assise


Je m'engouffre à droite . Tout à coup l'ambiance change; les bruits s'estompent assez vite. La campagne s'est invitée au cœur de Paris! 

paris


 parisparis

 Tout commence par cette colonne vertébrale, la rue Mouzaïa. Elle  irrigue de rue et de petites  sentes pavées, ou la végétation distille encore quelques ombres éparses;  montantes ou descendantes de part et d'autre de cette artère bordée de platanes flirtants avec le ciel, elles sont une invitation à la flanerie.

Deci-delà un enfant cours, sans raison; deux femmes discutent joyeusement,un homme semble fendre la rue hermétique à la beauté de cet fin d'après midi.


paris



  La végétation hésite encore entre les camaïeux de vert, de marron d'ocre et de jaune...la lumière rasante et le léger vent se mêlent... les ombres sur les façades dansent ...je profite de ces dernier rayons d'octobre comme un amoureux retiendrait  la main de son amoureuse après un interminable et doux baiser.